Informations

La définition la plus courante d'« allèle » inclut-elle un changement de phénotype ?


Je prépare une activité pour mes étudiants en biologie sur la mucoviscidose. Il existe environ 2000 mutations différentes du gène CFTR qui causent la mucoviscidose. Étant donné que le phénotype final est à peu près le même, puis-je encore affirmer que toutes ces mutations représentent des allèles?

J'aime souligner que les gènes ont tendance à avoir plus de deux allèles - c'est quelque chose avec lequel les étudiants ont vraiment du mal. Mais si chaque allèle doit avoir un phénotype différent basé sur la définition standard, alors ce n'est pas idéal.

Merci pour l'aide.


Oui, l'allèle est une forme alternative du même gène qui peut être produite par toutes les variations/mutations d'un gène, telles que la délétion, les duplications segmentaires, les inversions, les insertions par transposons, même un SNP ou une mutation ponctuelle (http://en. wikipedia.org/wiki/Allele) et comme indiqué correctement, de nombreux allèles ne produisent aucune variation phénotypique observable/discernable. Un gène peut avoir de nombreux allèles dans une population donnée, mais ne confondez pas l'allèle avec les homologues de gènes (auquel vous faisiez allusion plus haut dans le deuxième paragraphe), qui sont des versions similaires d'un gène tel que RIN1, RIN2 et RIN3 ( http://homepage.usask.ca/~ctl271/857/def_homolog.shtml).


Voir la vidéo: SVT - 1èreS - Génotype Phénotype (Janvier 2022).